M-commerce : la tendance lourde

Nouveau terme dans l’univers du commerce numérique le m-commerce monte en flèche dans le secteur du e-commerce. On retrouve sous ce terme la notion de commerce en mobilité (via smartphone et surtout tablette).

La percée de l’iPad d’Apple n’y sans doute pas pour rien et le marché des smartphones complète cette base de clientèle qui semble plus encline à acheter via son terminal mobile.

Les futures solutions de paiements sans contact (NFC) seront articulée autour du scan d’empreinte pour valider l’achat (en local au magasin, à distance via un smartphone), pour l’instant le NFC reste perfectible (Wifi) et des solutions à base de bluetooth semblent plus prometteuses.

Toutes ces technologies convergent vers un monde du e-commerce dominé par le m-commerce, les achats en mobilité seront liés à un environnement, un évènement… un subtil mélange des deux si vous passez non loin d’une boutique favorite.

Les chiffres de l’évolution du m-commerce aux USA en 2011 :

  • 35 millions de terminaux avec technologie NFC achetés en 2011 (près d’un milliard prévu en 2015…)
  • Moins d’une seconde pour effectuer son paiement avec le NFC
  • 50 % des achats via les terminaux mobiles d’ici 2 ans
  • L’utilisation de code QR s’étend à 1 possesseur de smartphone sur 3 en 2011 (73 % pour l’info produit, 32 % des courons promo, 25 % pour l’évènementiel)
  • En 2011, dans le monde, 1 téléphone acheté sur 3 était un smartphone
  • 1 recherche m-commerce sur 5 est réalisée en étant devant la télévision (USA)
  • Les hommes achètent plus depuis un smartphone, les femmes plus depuis une tablette
  • L’achat d’un bien numérique profite en premier du m-commerce (76 %), on trouve ensuite les vêtements (38 %) et en troisième position les activités de loisirs (36 %)
  • Les estimations pointent le marché du m-commerce à 119 Milliards de $ en 2015

Source : BigCommerce.com

 Le m-commerce en France en 2012 :

Tendances du m-commerce 2012Tendances du m-commerce 2012Tendances du m-commerce 2012Tendances du m-commerce 2012

Source : Edatis Digital Marketing

Si aujourd’hui on analyse cette montée en puissance dans le trafic des boutiques en ligne il faut se poser la question sur le véritable avenir du m-commerce. Ne serait-il pas dans commerce est local ? Là où les consommateurs peuvent « toucher le produit » à l’inverse de l’achat sur le net. Le principal problème étant que les tarifs sont plus élevés en boutique que sur internet, ce qui se comprend (loyers, stock, etc.), mais il est possible que les fournisseurs finissent par trouver une solution qui permettra d’accéder à des tarifs « Internet » en boutique physique, ce n’est qu’une question de temps.

Sources : Le Monde informatique, Websourcing.fr, Edatis Digital Marketing, BigCommerce.com